HOFF THE RECORD où les mésaventures britanniques de David Hasselhoff !

24 Juin

David Hasselhoff est enfin de retour à la télévision !

Le héros mythique de K 2000 et ALERTE A MALIBU est le protagoniste d’une série dans laquelle il incarne une version (pas si) éloignée de lui-même hilarante à suivre.

Ruiné par ses nombreux divorces, banni d’Hollywood, Hasselhoff débarque en Angleterre où il espère ressusciter sa carrière grâce à un projet de biopic qui lui est consacré.

Mais à peine arrivé à l’aéroport de Stansted, où il est accueilli par une assistante inexpérimentée et un chauffeur indien obsédé par le fait de savoir si David a ou non couché avec les sirènes de BAYWATCH, l’icône des années 80 et 90 déchante déjà.

Les ennuis se poursuivent aux studios, avec un agent incompétent, un réalisateur qui ne veut pas de David Hasselhoff pour jouer… David Hasselhoff (?!) et tout un tas de problèmes rencontrés avec les comédiens venus auditionner et un entraîneur irrespectueux…

Beaucoup moqué pour avoir partagé l’affiche avec une voiture, couru sur la plage en slow motion, Hasselhoff a souvent ri avec/de ses détracteurs et n’a jamais hésité à faire preuve de second degré, d’autant plus depuis que le succès lui a tourné le dos voilà une quinzaine d’années.

Conscient de sa condition de « has been », il n’a pas hésité à enchaîner les cameos (BOB L’EPONGE LE FILM, A DIRTY SHAME, LE NOUVEAU etc.) tout en assumant ses erreurs et dérapages personnels se réinventant et devenant Le « Hoff », sorte de double à la limite de la caricature à qui la nostalgie a donné vie.

Concernant son alter ego, il a d’ailleurs récemment déclaré à la presse anglaise que Le Hoff rapporte plus d’argent que David Hasselhoff

L’ex-vedette de KNIGHT RIDER en (sur)joue, mieux, en profite au maximum et HOFF THE RECORD offre à sa « folie » un espace suffisamment vaste.

Rien n’y est tabou, aussi nous avons droit à des références à la vidéo du cheeseburger (il était super bon ce cheeseburger…), à son âge (vous seriez parfait pour jouer David Hasselhoff à 70 ans, mieux, à 80 !) et à LOOKING FOR FREEDOM, chanté au-dessus du mur de Berlin la nuit de la Saint-Sylvestre 1989.

Les situations sont à la limite du grotesque, la vulgarité n’est parfois pas loin, mais la série ne franchit jamais la ligne et le spectacle n’en est que plus réjouissant.

Sans parler des seconds rôles, qui s’en donnent à cœur joie et que David laisse exister.

6 épisodes sont en boîte et une seconde saison a déjà été commandée pour l’an prochain.

C’est une réussite, mais les critiques, généralement réfractaires à David Hasselhoff, auront-ils l’honnêteté de le reconnaître ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :