James Gandolfini : requiem pour un Soprano

20 Juin

James Gandolfini est mort le 19 juin, emporté par une crise cardiaque.

Après des études d’arts dramatiques à New York au milieu des années 80, cet immense acteur s’impose petit à petit la décennie suivante dans des seconds rôles au cinéma (TRUE ROMANCE, USS ALABAMA, DANS L’OMBRE DE MANHATTAN, SHE’S SO LOVELY), avant de devenir une légende de la télévision en incarnant l’ambigu et fascinant Tony Soprano dans LES SOPRANO.

Bien que héros de l’une des plus grandes séries de tous les temps, Gandolfini a finalement peu tourné pour la télévision (GUN, DOUZE HOMMES EN COLERE), alors qu’il a joué dans une quarantaine de films sous la direction de réalisateurs comme Kathryn Bigelow (ZERO DARK THIRTY), Tony Scott (L’ATTAQUE DU METRO 123), Gore Verbinsky (LE MEXICAIN), Barry Sonnenfeld (GET SHORTY), Anthony Minghella (MR WONDERFUL), Joel Cohen (THE BARBER) et même Alain Corneau (LE NOUVEAU MONDE).

Le comédien s’était aussi illustré sur les planches en 1992 (UN TRAMWAY NOMME DESIR) et 2009 (LE DIEU DU CARNAGE), mais également en tant que producteur de documentaires (ALIVE DAY MEMORIES : HOME FROM IRAQ, WARTORN : 1861/2010) et du téléfilm HEMINGWAY & GELLORN.

Si sa filmographie comporte d’innombrables truands, elle est aussi riche de personnages doux (WELCOME TO THE RILEYS, MAX ET LES MAXIMONSTRES, FAMILLE A LOUER), mais souvent marqués par la mélancolie.

A l’image de ce colosse au cœur fragile qui vient de briser le nôtre.

Il avait 51 ans.

2 Réponses to “James Gandolfini : requiem pour un Soprano”

  1. Livia (@myteleisrich) 20 juin 2013 à 14:42 #

    « A l’image de ce colosse au cœur fragile qui vient de briser le nôtre. »

    Tellement vrai. Un choc ce matin que d’apprendre le décès de celui qui a porté au panthéon des séries un rôle et une fiction à jamais incontournables et qui ont tant apporté aux séries. The Sopranos reste une de ces quelques séries fondatrices pour moi au début des années 2000 sans lesquelles mon intérêt pour le petit écran aurait sans doute été très différent.

    Hommage à un grand Monsieur.

  2. Une Porte Sur Deux Continents 20 juin 2013 à 21:52 #

    Bravo pour cet hommage. J’ai appris hier soir avec beaucoup de tristesse sa disparition, en plus à Rome, là où j’étais il n’y a pas longtemps. Ta phrase finale est bouleversante et tellement vraie comme le dit Livia. Un formidable acteur…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :