IRON MAN 3 : aussi vide que ses armures…

29 Avr

Alors que Tony Stark est en proie à des crises de panique depuis ses exploits accomplis dans AVENGERS, il va devoir faire face à une vieille connaissance…

Depuis le réussi IRON MAN de 2008, force est de constater que le super-héros n’en finit plus de sombrer dans le n’importe quoi à chaque nouvelle apparition !

Si le second volet, sorti il y a trois ans, n’était qu’une (très) longue et risible introduction à la lamentable réunion de la famille Marvel de l’an passé, le troisième se recentre sur le milliardaire égocentrique… et rien d’autre…

Stark est en couple avec Pepper, fait des crises d’angoisse, s’amuse à construire des armures autonomes, se retrouve confronté à un biologiste énervé contre lui pour n’avoir pas honoré un rendez-vous la nuit de la Saint-Sylvestre 1999 et qui emploie un acteur de dernière zone pour figurer un grand méchant terroriste qui va lui mettre une raclée, avant qu’un petit garçon ne lui rende l’espoir et le guérisse de son anxiété.

Du coup, Tony va sauver l’Amérique (et son président) avec l’aide de son vieux pote Rhodes (devenu War Machine) et d’une escouade d’armures, avant d’être sauvé par une Pepper revenue d’entre les morts (si, si !).

IRON MAN 3 est donc une nouvelle déception, avec son scénario à la fois bancal, creux et ridicule avec son twist foireux et ses acteurs en mode « minimum syndical », Ben Kingsley et Guy Pearce en tête.

Trop occupé à cabotiner, Robert Downey Jr. ne se donne même plus la peine de jouer et si Gwyneth Paltrow a droit à deux moments de bravoure (dans l’armure au début du film et en mutante à la fin), elle n’a toujours pas grand chose à défendre.

Il n’y a guère que Mark Ruffalo qui livre une composition aussi honorable qu’amusante, malgré la courte durée de sa scène post générique de fin.

Probablement bridé par la Marvel, Shane Black (scénariste de L’ARME FATALE et réalisateur de KISS KISS BANG BANG) se montre indigne de sa réputation et incapable de donner à la franchise la fraîcheur qui lui fait défaut.

Même la bataille finale, avec les armures, n’est pas à la hauteur et l’on est en droit de se demander si le fait qu’elle se passe de nuit ne sert pas à dissimuler certaines lacunes techniques…

La guérison des protagonistes à la fin du long-métrage indique qu’un cycle est clos, mais que la distribution revienne ou non dans les (in)évitables suites et/ou spin-offs à venir, il serait bon de remplir les pages des scripts avant de remplir l’armure.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :