La voix de Jean Topart s’est tue…

Jean Topart est mort hier, 29 décembre, de cause naturelle.

Ce comédien de génie a débuté au théâtre en 1948, après avoir mis de côté ses études de médecine.

Il passe ensuite environ 10 ans au TNP aux côtés des géants que furent Gérard Philippe ou Philippe Noiret, avant de s’essayer au 7ème art et d’apparaître à la télévision, sans abandonner les planches.

Malgré des rôles dans des films tels que POULET AU VINAIGRE, DE LA PART DES COPAINS ou ANGELIQUE MARQUISE DES ANGES, Topart ne devient vraiment célèbre qu’avec ses participations télévisées à ROCAMBOLE, ZOLA OU LA CONSCIENCE HUMAINE (où il campait le célèbre auteur), LES CINQ DERNIERES MINUTES ou encore LES ENQUETES DU COMMISSAIRE MAIGRET.

Toutefois, c’est son incroyable timbre qui résonnera à jamais dans nos mémoires, puisque outre le doublage d’acteurs comme Christopher Lee, il fut le génial narrateur de la fiction BELPHEGOR et des séries d’animation REMI SANS FAMILLE, LADY OSCAR, LES MYSTERIEUSES CITES D’OR, sans oublier la voix de Zeus dans ULYSSE 31 !

Pour ceux qui ont moins de goût, il prêta sa voix à des jingles pour Cauet et des publicités pour certains albums de Mylène Farmer.

 Il avait 90 ans.

Publicités

Décès de Charles Durning

Charles Durning est mort le 24 décembre, de cause naturelle.

Ce sympathique acteur a promené sa bedaine durant près de 50 ans au cinéma, comme à la télévision.

Les cinéphiles se souviendront de TOOTSIE, UN BEAU JOUR, L’ARNAQUE, UN APRES-MIDI DE CHIEN, FURIE, COUP DOUBLE ou O BROTHER, tandis que les amateurs de séries TV n’oublieront jamais ses incroyables apparitions dans NCIS, MONK et RESCUE ME, ainsi que bien des téléfilms.

Hollywood a malheureusement perdu l’un de ses meilleurs seconds rôles.

Il avait 89 ans.

Et dans 3 semaines… 8ème et ultime saison inédite de DR HOUSE !

Les chaînes ont communiqué leurs grilles des programmes pour dans 3 semaines.

Voici une liste, non exhaustive, des événements à noter en matière de séries TV pour la période du 5 au 11 janvier 2013.

TF1 :

  • Nouvelle succession rediffusions de séries américaines le dimanche après-midi, avec MENTALIST, DR HOUSE et LES EXPERTS : MIAMI dès 13h 45, à partir du 6 janvier.
  • Lancement de la 8ème et dernière saison inédite en France de DR HOUSE, le mardi 8 janvier à 20h 55.
  • Début de la 8ème saison inédite de RIS, le jeudi 10 janvier en première partie de soirée.

France 3 :

  • MILDRED PIERCE va occuper les soirées dominicales de la chaine, à compter du 6 janvier à 20h 45.

M6 :

  • Fin de la 9ème saison inédite de NCIS, le vendredi 11 janvier à 20h 55.

NT1 :

  • Arrivée de GRIMM, série inédite (en clair) le vendredi 11 janvier à 20h 45.

D8 :

  • Diffusion de THE EVENT, chaque samedi à 20h 45, dès le 5 janvier.
  • Première diffusion hors chaînes payantes pour ENGRENAGES, le jeudi en prime time, à partir du 10 janvier.

HD1 :

  • Déjà programmée le samedi soir en prime time, PARIS ENQUETES CRIMINELLES obtient une seconde case le mardi à 20h 45.
  • Fin de la série PAN AM, le jeudi 10 janvier, dès 20h 45.

13ème rue :

  • THE LISTENER revient pour une 3ème saison inédite, tous les lundis soirs, à compter du 7 janvier à 20h 40.

AB1 :

  • Arrivée de la 4ème saison de TRUE BLOOD sur la chaîne du groupe AB, chaque jeudi à 22h 35, dès le 10 janvier.

LES MYSTERIEUSES CITES D’OR 2 : ou comment accentuer la nostalgie…

Un peu plus de 30 ans après l’arrivée d’Esteban, Tao et Zia sur nos écrans, les héros des MYSTERIEUSES CITES D’OR sont de retour pour une seconde saison.

Mais sont-ce bien eux ?

Oui et non en fait, puisque les sociétés française et japonaise qui ont produit la première série (DIC et le studio Pierrot) ne sont pas impliquées dans cette nouvelle aventure qui a connu bien des embûches avant de voir le jour.

De reculs en annulation, en passant par des projets annexes, cette suite annoncée depuis près de 15 ans est devenue une réalisation 100 % francophone, commandée par une chaîne spécialisée dans le nivellement par le bas (TF1).

Certes, les techniques d’animation ont changé depuis 1982 (adieu celluloïdes et bonjour ordinateurs), mais les personnages paraissent ici moins expressifs, voire figés et l’on se retrouve avec cette désagréable (mais contemporaine) impression de regarder un jeu vidéo plutôt qu’un dessin animé.

Les voix originales n’ont pas été retenues, mais force est de reconnaître que ce n’est pas le pire des changements, à l’exception de la narratrice et du conteur du documentaire, qui en font vraiment trop.

Enfin documentaire, il faut le dire vite !

Là où la série originale nous offrait des reportages passionnants et sérieux (NHK oblige) toujours en rapport avec les thèmes abordés dans ses épisodes, la nouvelle nous gratifie d’une espèce de présentation surjouée d’un lieu ou d’un personnage polluée par « Le scoop de Pichu », rubrique aussi inutile que puérile…

Il faut dire que le ton des CITES D’OR 2012 est nettement plus infantile que celui d’il y a 30 ans, avec des personnages devenus plus lisses, Mendoza et Zia en tête.

De plus, l’originalité ne semble pas de mise avec un méchant à la Dark Vador et un générique plus qu’inspiré par celui de DRAGON BALL Z.

Les fans auraient pu se réjouir du retour de la chanson culte, mais celle-ci n’en est qu’une reprise aux « sonorités » actuelles, qui est à la version de feu-Jacques Cardonna ce que Shym est au talent : une insulte !

Même Noam Kaniel (oui, celui qui chanta GOLDORAK) ne se montre pas à la hauteur dans la compositions des BGM, qu’on les compare ou non à celles de Saban et Levy.

Il serait facile, mais pas complètement faux, d’écrire que les quadragénaires qui ont grandi devant les premières histoires d’Esteban ne pouvaient pas trouver leur compte dans cette nouvelle mouture.

Non seulement ces derniers ont vieilli, leur innocence s’est à jamais envolée et la nostalgie a le gros défaut d’embellir leurs lointains souvenirs, mais une attente de 3 décennies, quelqu’elle soit, ne peut déboucher que sur une déception.

Celle-là est de taille, mais elle n’est rien en comparaison de celle de voir les enfants d’aujourd’hui pris pour des idiots qu’ils ne sont pas toujours…

DEXTER : incroyable saison 7 !

Showtime a achevé hier la diffusion de la 7ème saison de DEXTER.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle fut forte en émotions…

Après une 6ème année plus que moyenne, il était logique de penser que les meilleurs moments de la fiction étaient derrière elle, mais force est de reconnaître que non seulement les scénaristes ont très bien géré le twist final de 2011, mais qu’ils ont surtout su insuffler un nouveau souffle aux aventures de notre tueur en série préféré !

Dans ces 12 nouveaux épisodes, Debra doit apprendre à vivre avec la vérité : son frère est un assassin et elle est désormais sa complice, puisque son amour pour lui l’empêche de le dénoncer.

Malgré quelques tentatives et promesses (vaines, bien entendu), Dexter Morgan reprend son « hobby », mais se met à dos un membre de la mafia ukrainienne en éliminant… le concubin de celui-ci.

Pour couronner le tout, notre (anti) héros s’éprend d’une tueuse aussi venimeuse que les plantes qu’elle manipule à souhait.

Cela fait déjà beaucoup, mais ce serait oublier la ténacité de LaGuerta, toujours en croisade pour réhabiliter Doakes et dont les investigations sont devenues une réelle menace pour notre laborantin exterminateur…

Quel plaisir de voir Deb sortir de son rôle de « dindon de la farce » et de découvrir à quel point l’interprétation de Jennifer Carpenter est bonne !

Il n’est en effet plus juste question de moues boudeuses et de « fuck » à tout và, mais de feindre des émotions et des souffrances inédites jusque-là.

La soeur du protagoniste est éprise de lui comme de justice et elle aura beau douter, s’effondrer même, elle sait désormais qu’elle justifie l’injustifiable et ce personnage, désormais plus complexe en est devenu passionnant.

Là où les auteurs se montrent particulièrement brillants, c’est dans le fait que les changements du personnage pré-cité n’interviennent pas pour masquer le fait que l’on sait tout de Dexter, puisque ce dernier aussi continue à évoluer.

Il a beau se cacher derrière ses motivations, il reste un simple meurtrier qui ne fait qu’obéir à des pulsions ; et ses relations malsaines avec Hannah, ainsi qu’Isaak Sirko (qui serait devenu son bourreau sans des circonstances exceptionnelles) vont l’aider à s’affranchir du code d’Harry.

De plus, alors qu’il était prêt à fuir au tout début de la saison 5 (lorsqu’il était suspecté d’être le Tueur de la Trinité), Morgan reconnaît à présent aimer vivre à Miami, y travailler pour la police et se sent prêt à faire des projets !

Certes, la femme qu’il a choisie n’est pas digne de confiance (elle ira jusqu’à empoisonner Debra), mais le fait est que Dexter est prêt à s’installer.

Par contre, d’autres sont prêts à passer la main, à l’image d’Angel qui prend sa retraite pour devenir restaurateur quand cetains ne font carrément plus que de la figuration, Masuka en tête.

Si le jeu des acteurs réguliers reste impeccable, les invités de cette saison 7 n’ont rien à leur envier.

De Ray Stevenson (ROME) à Yvonne Strahovsky (CHUCK), en passant par Jim Beaver (SUPERNATURAL), tous livrent des compositions aussi inspirées qu’éloignées de celles qui les ont rendu populaires.

Bien sûr, la nouvelle amourette de Quinn et l’histoire de l’assassin pyromane sont un peu là pour meubler entre les grands arcs narratifs, mais avec ces derniers, le retour d’Astor et Cody, les flashbacks inédits de Doakes et le final sombre au possible, cette 7ème salve d’épisode constitue la meilleure saison de DEXTER, avec la 4ème !

A noter que la série doit normalement s’achever l’an prochain au terme d’une 8ème saison qui pourrait bénéficier de 4 épisodes supplémentaires.

Daniel Gall s’est éteint

Daniel Gall est décédé le 9 décembre.

Ce comédien de très grand talent a touché à toutes les facettes de son métier, en se produisant énormément sur les planches (CALIGULA, LA MEGERE APPRIVOISEE, LE MEDECIN MALGRE LUI), à la télévision (LES CINQ DERNIERES MINUTES, LES ROIS MAUDITS, COMMISSAIRE MOULIN POLICE JUDICIAIRE) et un peu au cinéma (LES DEMOISELLES DE ROCHEFORT, HO!).

Mais pour plusieurs générations de sériephiles, il restera surtout la voix française de BILL BIXBY (L’INCROYABLE HULK), Don Galloway (L’HOMME DE FER), Fritz Wepper (DERRICK), Jerry Orbach (NEW YORK DISTRICT) et… Actarus dans GOLDORAK !

Homme engagé, il s’est longtemps battu pour que les artistes de la post-synchronisation obtiennent des droits sur les rediffusions des programmes doublés par ces derniers.

Son combat déboucha sur l’accord DAD-R (Droit des Artistes dans leur activité de Doublage Révisée).

Chef de file de la grève des doubleurs de 1995, Daniel Gall se retrouva ensuite blacklisté, d’où la rareté de son timbre ces dernières années (il expliqua d’ailleurs dans une interview accordée en 2010 à la web radio Animusique, que sa présence au générique de L’EPEE DE VERITE était dûe à un concours de circonstance).

L’homme a également publié un livre dans lequel il témoigne de son expérience personnelle face au suicide assisté de sa soeur, victime d’Alzheimer, en dénonçant au passage les conditions : « entre artisanat et travail à la chaîne ».

Un grand monsieur s’en est allé, une partie de notre enfance l’accompagne.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑