THE DARK KNIGHT RISES : déception (in)attendue…

4 Sep

Quatre ans après THE DARK KNIGHT, Christopher Nolan nous sert enfin le dernier opus de sa trilogie consacrée à Batman, mais le résultat est mitigé.

Alors qu’il se cache depuis huit années (et le meurtre de Harvey Dent qu’il a endossé), Batman sort de sa retraite  quand un mystérieux balèse masqué et son équipe de terrroristes engendrent la terreur à Gotham City…

Le chevalier noir est de retour, moins fort et moins motivé que jamais, avant de se reprendre et de sauver une nouvelle fois les habitants de Gotham… malgré eux…

Après une réussite artistique (et publique) aussi importante que celle du précédent volet, ce nouveau chapitre ne pouvait que décevoir, ne serait-ce qu’en raison de l’attente suscitée.

C’est hélas ce que confirme ce film inégal et maladroit, qui voit Nolan rater la fin de son histoire et la sortie de « son » Batman.

Ainsi, nous passons du film d’action aux cascades impressionnantes à un pamphlet anti-globalisation à une introspection ridicule et ce au sein d’une prison aussi crédible qu’un décor de MAD MAX, pour terminer sur une note héroïque (patriotique ?) que l’on sentait venir depuis la scène d’ouverture.

Le côté épique en prend un coup et les nombreuses incohérences scénaristiques finissent par perdre le spectateur, voire le lasser.

Le summum du ridicule est atteint avec la scène de la mort du personnage campé par Marion Cotillard, pathétique ET hilarante !

Le méchant, si bien développé dans la série animée de 1992, manque ici de charisme (l’imposante « muselière » de Tom Hardy y étant pour beaucoup) et les combats, pourtant bien filmés, restent vains.

Heureusement, les prestations de Christian Bale, Michael Caine, Joseph-Gordon Levitt (3EME PLANETE APRES LE SOLEIL) et Anne Hattaway sont impeccables, même si cette dernière reste en deçà de la composition de  Michele Pfeiffer (BATMAN RETURNS, 1992).

En même temps, si THE DARK KNIGHT RISES nous présente bien une Selina Kyle,  le nom de Catwoman n’est jamais mentionné en… 2h 45 !

Trop long, trop ambitieux, pas assez maîtrisé, noyé sous un nombre incroyable de personnages (à commencer par… Robin ?!) ce long métrage, certes à des années lumière du pitoyable AVENGERS, prouve que tout artisan du 7ème art qu’il soit, Christopher Nolan (INCEPTION) n’est pas prophète en son pays…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :